Appel à articles | Petits nombres en santé : sociohistoire d'une statistique médicale fragile

Date limite : 15 mars 2024

Dossier coordonné par Kylian Godde et Gaëtan Thomas

L’expression de « petits nombres » nous semble constituer un bon point d’entrée pour examiner à nouveaux frais la modernité statistique en santé. Avec ce dossier thématique, nous proposons d’analyser l’apport d’opérations statistiques ou quantitatives simples, peu formalisées, à la production de savoirs médicaux et au gouvernement de la santé. Le vocable « petit » peut faire ainsi référence à la taille des échantillons, mais aussi à la faible robustesse des statistiques, limitées par des méthodologies ou des moyens rudimentaires. Les nombres sans prétention n’en sont pas moins indispensables au bon fonctionnement des institutions (par exemple le dénombrement des lits ou le suivi de campagnes de dépistage) et restent des outils de connaissance. Ensuite, il s’agit d’analyser la coexistence de statistiques de différentes natures dans de mêmes environnements scientifiques ou bureaucratiques, comme les enquêtes behavioristes ou sociologiques censées remédier aux zones d’ignorance créées par le cadre aseptisé des essais cliniques randomisés (Murphy, 2017). En d’autres termes, nous proposons d’interroger la diversité des pratiques de quantification en santé (Dagiral et al., 2016). Nous souhaitons également interroger les conditions de transformation des petits nombres en grands nombres et porter attention au besoin d’une montée en puissance. Les scandales sanitaires et l’épidémiologie profane donnent de bons exemples de ces transformations et passages (Brown, 1992 ; Bruno et al., 2014 ; Lellinger, 2018). Enfin, l’entrée par les petits nombres est une invitation à examiner la façon dont les personnes se positionnent par rapport à la fragilité de leurs opérations de quantification. S’en accommodent-elles ? Cherchent-elles à la dissimuler ? Cette fragilité est-elle source de conflits ?

L’objectif de ce dossier thématique est d’analyser l’omniprésence et le pouvoir d’opérations de quantification ordinaires, modestes ou distantes des méthodologies consacrées afin de revisiter l’image grandiose de la modernité statistique en santé. Ancrées dans une variété de champs disciplinaires en sciences sociales, les contributions s’appuieront sur des travaux empiriques, qu’il s’agisse de nouveaux terrains ou d’anciennes enquêtes revisitées à l’aune d’une sociohistoire alternative des statistiques médicales. Elles porteront sur une grande variété de contextes et d’études de cas sans limitation géographique ou chronologique, tout en s’articulant à des enjeux théoriques. Elles concerneront des enjeux variés des mondes de la santé, qu’il s’agisse de la prise en charge, du soin, de la surveillance sanitaire, de la prévention, de l’administration et de la gestion des infrastructures, de la politisation ou de l’économicisation d’un problème de santé, des mobilisations pour la santé, sans s’y limiter. Elles pourront, de manière transversale ou non, travailler à partir des axes suivants, qui constituent des pistes de réflexion. Toute contribution en lien avec l’esprit de notre proposition sera appréciée.

Modalités de soumission

Cet appel à articles est issu de la journée d’étude Petits nombres en santé, projet de recherche qui a bénéficié du soutien de la MSH Paris Nord dans le cadre de son appel à projets.

>> consulter l’appel à articles dans son intégralité

>> consulter les consignes d’écriture

>> voir la journée d’étude Petits nombres en santé

Print Friendly, PDF & Email