Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques

Date limite de l’AAC : 14 février 2022 (nouvelle date)

Colloque le 22 septembre 2022 à la MSH Paris Nord et le 23 septembre 2022 à la BnF.

Ce colloque est porté par Les Bréchoises, groupe de travail sur les femmes dans la Bande Dessinée, rattachée à l’association La Brèche. Il est organisé grâce au soutien de l’EUR ArTeC, l’Université Paris 8, la MSH Paris Nord, l’Université Bordeaux Montaigne, l’Université Paris Nanterre, les Archives du Féminisme, l’association EFiGiES, le LEGS/CNRS et la BnF. Nos partenaires internationaux sont l’Université de Lausanne, l’Université de Gênes et l’Université de Valence.

Les femmes sont une population discriminée dans l’industrie de la Bande Dessinée (BD) française. Le rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (2018 : 50), signale que les créatrices de BD sont moins publiées et éprouvent plus de difficultés à s’insérer dans la voie professionnelle, malgré leur présence majoritaire sur les bancs des écoles spécialisées. Ce rapport précise également que les femmes se voient accorder moins de subventions et d’aides à la publication, sont moins reconnues par la critique, par leurs pair.e.s (remise de prix et manifestations culturelles) et par les institutions (pas de présence dans les musées, pas d’expositions consacrées uniquement aux femmes, très peu de présence dans la littérature spécialisée, etc.). On constate ainsi l’exclusion d’une large fraction des professionnelles, parmi lesquelles on trouve des scénaristes, des dessinatrices, des coloristes, des éditrices et des maquettistes. Ces difficultés à être reconnues comme professionnelles, mais aussi à s’insérer dans une voie professionnelle, s’accompagnent d’une conséquence matérielle de taille : leur plus grande précarisation par rapport aux hommes qui officient dans ce même milieu. Les États Généraux de la bande dessinée ont ainsi souligné que les créatrices forment la catégorie sociale la plus précaire du marché de la BD. Cette précarité conduit beaucoup de créatrices à abandonner leur vocation, contribuant ainsi à la raréfaction des femmes dans le secteur culturel.

Modalités de contribution

Les propositions seront à envoyer (en anglais, espagnol ou français) sous forme d’un résumé de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique à l’adresse suivante :
Une publication, à l’issue de ce colloque, est prévue.

Calendrier

  • 22 septembre 2021 : diffusion appel à communications
  • 14 février 2022 : clôture de l’appel (nouvelle date)
  • Février-mars 2022 : évaluation des propositions
  • Avril 2022 : annonce du programme définitif
  • Septembre 2022 : déroulement du colloque

Comité d’organisation

  • Sophie Bonadè, doctrice associée au laboratoire SLAM
  • Laura Caraballo, post-doctorante à l’Université Clermont-Auvergne
  • Marys Hertiman, doctorante à l’Université de Paris 8
  • Marie-Paule Noël, traductrice, éditrice, militante et cheffe de projet droits des femmes
  • Johanna Schipper, autrice & professeure PEA, doctorante à l’Université Bordeaux Montaigne
  • Maëlys Tirehote-Corbin, doctorante à l’Université de Lausanne

Comité scientifique

  • Christine Bard, Université d’Angers
  • Elisabeth Beguery, BnF
  • Elisa Bricco, Università Degli Studi Di Genova
  • Adela Cortijo, Universitat de Valencia
  • Jean-Paul Gabilliet, Université Bordeaux Montaigne
  • Anna Giaufret, Università Degli Studi Di Genova
  • Pascale Joncour, BnF
  • Jessica Kohn, Association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC)
  • Gaëlle Kovaliv, Université de Lausanne
  • Françoise Laot, Université Paris 8
  • Isabelle Le Pape, BnF
  • Sylvain Lesage, Université de Lille
  • Elisa McCausland, Universidad Complutense de Madrid
  • Olivier Piffault, BnF
  • Marta Segarra, LEGS/CNRS – Universitat de Barcelona

>> télécharger les appels à communication en français, anglais et espagnol :

Print Friendly, PDF & Email