Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Séminaire, Les Vendredis du music-hall

2 décembre à 09:30 - 18:30

|évènement récurrent (Voir toutes les dates)

Un événement le 03/02/2023 à 14:00

Un événement le 07/04/2023 à 14:00

Un événement le 02/06/2023 à 09:30

2e cycle des Vendredis du music-hall, organisé par Camille Paillet

Animé par une perspective épistémologique, le séminaire « Les Vendredis du music-hall. Héritiers, héritages du music-hall (XVIIIe – XXe siècles) » propose d’ouvrir un chantier de recherche sur le music-hall, en explorant les racines historiographiques de ce divertissement, dans le contexte euro-américain, et sur une large période comprise entre les prémices des cafés-spectacles au XVIIIe siècle jusqu’au music-hall du XXe siècle. Articulé autour de trois principales acceptions du music-hall (en tant que lieu, spectacle, objet patrimonial) et trois enjeux méthodologiques (documenter, identifier, contextualiser) , cette manifestation scientifique souhaite impulser une recherche collective et fédérer un premier groupe de chercheurs et chercheuses spécialisé.es ou en voie de spécialisation sur ce domaine d’étude.

Le music-hall pourra être appréhendé, conjointement ou séparément, en tant que lieu de divertissement, comme objet spectaculaire ou vecteur de patrimonialisation culturelle.

• À mi-chemin entre un café, un jardin d’agrément, un bal et une scène théâtrale, cette session aborde la question de la parenté du music-hall avec ces divertissements connexes.
Les interventions se pencheront sur l’héritage de ces formes de loisir en questionnant l’histoire de la morphologie des salles et leurs implantations géographiques au sein du paysage théâtral depuis le XVIIIe siècle.
Elles pourront également interroger l’environnement social du music-hall en étudiant l’évolution sociologique des publics, les pratiques de sociabilité qui s’y déploient ainsi que la présence d’activités parallèles à l’expérience spectaculaire.

• Un second axe thématique est dédié à l’étude des répertoires du music-hall, marqué par la variété des écritures spectaculaires et la mixité des disciplines artistiques représentées. Nous privilégierons une approche générique qui consistera, dans un premier temps, à inventorier les genres, sous-genres et styles spectaculaires, que ceux-ci soient issus de l’histoire canonique des arts scéniques (opérette, vaudeville, ballet), de l’histoire des attractions foraines (prestidigitation, numéros acrobatiques) ou l’objet de formulation plus difficilement saisissable ou à l’existence plus éphémère (revue-bouffe, pantomime-féerie).

• Un troisième volet s’intéresse aux dynamiques patrimoniales du music-hall en étudiant la position qu’il occupe dans l’historiographie des arts spectaculaires et dans la transmission des savoirs. Envisagé comme lieu de fabrique patrimonial, nous chercherons à évaluer l’impact de ce divertissement dans la diffusion des pratiques spectaculaires et dans l’édification des capitales culturelles aux XIXe et XXe siècles.

Le séminaire se veut être un espace de travail collaboratif autour de trois principaux enjeux méthodologiques : documenter, identifier, contextualiser.

Le premier s’intéresse aux traces mémorielles du music-hall en explorant la diversité des matériaux existants visant à alimenter les savoirs sur une œuvre, un genre spectaculaire, le parcours d’un artiste ou d’autres aspects fondamentaux de l’histoire esthétique et culturelle de ces lieux de divertissement.

La seconde perspective tend à marquer un territoire de recherche, à dessiner les contours de cet objet d’étude. La démarche vise à enquêter sur la généalogie de quelques pratiques, représentations et discours associés au music-hall, depuis les processus de création, de réception et/ou de média(tisa)tion.

Enfin, nous porterons une attention aux rapports entre historicités et définitions en étudiant l’évolution de cette industrie culturelle dans une dynamique diachronique. L’étude de différents contextes historiques vise à rendre compte de chronologies différenciées tout en multipliant les échelles de gradualité afin d’engager une approche à la fois locale et globale de l’histoire de ce divertissement.

>> télécharger le programme du 2 décembre 2022 (pdf)

Séances

Vendredi 2 décembre 2022
Recherches doctorales et postdoctorales sur le music-hall
9h30-18h30
Amphithéâtre

Vendredi 3 février 2023
Du local à l’international
14h-17h
Salle panoramique

Vendredi 7 avril 2023
Le music-hall à l’écran
14h-17h
Salle panoramique

Vendredi 2 juin 2023
Artistes de music-hall aujourd’hui
9h30-18h30
Salle 413 ou dans un lieu de spectacle extérieur (à confirmer)

programme détaillé du vendredi 2 décembre

Recherches doctorales et postdoctorales sur le music-hall

9h30 Accueil
10h Introduction

10h15-11h15
Delphine Foch (EPHE-PSL)
La rénovation des music-halls parisiens dans les années 1920 : le cas du Moulin Rouge

Depuis son ouverture en 1889, le Moulin Rouge a connu plusieurs reconstructions et quelques réaménagements discrets mais réguliers. Leur étude permet de retrouver la mémoire des lieux et de comprendre l’évolution des pratiques spectaculaires et des usages sociaux-économiques. Parmi ces rénovations, la plus imposante et la plus ambitieuse n’est autre que celle de 1924, qui survint après l’incendie de 1915 et la guerre. Cette « résurrection », très relayée par la presse, ne concerne cependant qu’une partie du Moulin Rouge, comportant en effet plusieurs établissements : un bal en sous-sol, épargné par l’incendie, et le nouveau « théâtre-music-hall », adjoints l’un et l’autre d’activités diverses (restauration et attractions). On tâchera de comprendre l’articulation de ces différents espaces – et leurs activités – mais aussi de comparer ce programme architectural à celui des music-halls parisiens reconstruits dans les années 1920.

11h15-12h15
Marine Costille (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Les publics du music-hall parisien de l’entre-deux-guerres : sociologie et pratiques des spectateurs

Le music-hall de l’entre-deux-guerres est souvent perçu, dans l’imaginaire collectif, comme un divertissement typiquement parisien, où une foule socialement hétéroclite se mélange le temps d’une soirée. Ses spectateurs sont en réalité extrêmement fragmentés, à la fois entre les différents établissements de la capitale et dans leur placement dans la salle, régi par des logiques de distinction sociale. Il s’agira ainsi de montrer que les publics vivent une expérience différente de la sortie au music-hall, à la fois dans leurs pratiques et dans leur relation aux imaginaires déployés sur scène.

12h15-14h déjeuner

14h-15h
Erwan le Gueut (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
Le tour de chant d’Agnès Capri (1936-1958) : un répertoire inattendu, un genre nouveau

La comédienne Agnès Capri (1907-1976) présente pour la première fois son tour de chant au cabaret le Boeuf-sur-le Toit, le 6 février 1936. Le répertoire choisi, l’expression, la tenue de scène sont complètement inattendus. La jeune chanteuse vient, naïvement, de créer un nouveau genre. Encouragements et contestations sont immédiats. Cette nouvelle voix, accordant une large place à la poésie, au surréalisme et à un nouveau style d’humour noir, vient renforcer un courant rénovateur émergeant alors dans la chanson. Le travail en cours, à partir des archives disponibles, de coupures de presse et de témoignages de l’époque, espère, après reconstitution de son répertoire, redonner à Agnès Capri une place légitime parmi les grands rénovateurs de la chanson que sont Mireille, Jean Nohain, Charles Trenet ou Marianne Oswald.

15h-16h
Fleur Hopkins-Loféron (Thalim-CNRS)
Du Christ romantique au mort-vivant : petit répertoire des fakirs à la française (1920-1940)

À la fin des années 1920, les spectacles de fakirs fleurissent sur la scène des music-hall. Si tous s’allongent sur des planches à clous, se percent les joues à l’aide d’aiguilles, hypnotisent de petits animaux ou se font enterrer vivants, chacun donne une explication singulière aux prodiges, d’ordres rationnelle (professeur Dicksonn), surnaturelle (Blacaman), ou pseudo-scientifique (Tahra-Bey). Cette tension persistante entre science et magie, qui s’explique par le fait que le fakirisme est une appropriation française pétrie d’occultisme, connaîtra son point d’orgue dans l’affrontement de Paul Heuzé, célèbre démystificateur, avec Tahra-Bey.

16h-16h30 pause-café

16h30-17h30
Paul Warnery (Université Paul-Valéry Montpellier 3)
Cirque et music-hall ou l’anthropophagie à l’œuvre

Au-delà des catégories, c’est l’individu qui fait cirque. Pour des raisons économiques, l’artiste se produit au cabaret et au music-hall. L’interdisciplinarité est constitutive de sa personne qui lui permet de se situer entre les formes (cirque, cabaret, music-hall), et d’y transférer les compétences et savoir-faire féconds pour la création. Nous qualifions l’artiste de cirque : « anthropophage » (O. de Andrade, 1928) —, tant il mange l’autre pour toujours devenir autre. À travers le paysage spectaculaire français de l’acrobatie, nous montrerons comment cirque, cabaret et music-hall s’interpénètrent, s’empruntent, s’approprient des entrées toujours plus sensationnelles. En nous appuyant sur notre expérience, nous remettrons en perspective esthétique le rapport symbiotico-économique entre cirque, cabaret et music-hall.

17h30-18h30
Orianne Maubert (Université de Lille)
Corps marionnettique, corps transformé dans le cabaret

D’Alfred Jarry à Johanny Bert en passant par Neville Tranter, les arts de la marionnette puisent dans les ressorts esthétiques et dramaturgiques du cabaret et du music-hall. Il s’agira de s’intéresser ici à la manière dont une gestuelle grotesque dansée – de la marionnette autant que du corps humain à ses côtés – déconstruit sur les scènes tout attendu, tout ordre établi. Dans ce grincement des corps-matières, en dansant, serpentant, le corps marionnettique ravagé bascule vers une dislocation virtuose.

informations pratiques

à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
20 avenue George Sand, 93210 St-Denis la Plaine

Vendredi 2 décembre 2022, 9h30-18h30
Vendredi 3 février 2023, 14h-17h
Vendredi 7 avril 2023, 14h-17h
Vendredi 2 juin 2023, 9h30-18h30

Un projet de recherche qui bénéficie du soutien de la MSH Paris Nord dans le cadre de son appel à projets.

Print Friendly, PDF & Email

Détails

Date :
2 décembre
Heure :
09:30 - 18:30

Organisateur

Camille Paillet

Lieu

MSH Paris Nord
20, avenue George Sand
93210 La Plaine Saint-Denis France
+ Google Map
Téléphone :
01 55 93 93 00
Site Web :
https://www.mshparisnord.fr/
Métro ligne 12 : « Front populaire », accessible aux personnes à mobilité réduite