Axe 2 Corps, Santé et Société

AXE 2 – CORPS, SANTÉ ET SOCIÉTÉ


Responsable :
Dominique Memmidirectrice de recherche au CNRS, CSU (UMR 7112) – 


Cet axe aborde le corps et la santé comme outils d’analyse du social. Ses thèmes de recherche explorent la scientifisation, la standardisation et l’administration du corps, la fin de vie, l’émotion, la cognition, la santé mentale, l’histoire des savoirs médicaux, la santé au prisme de l’espace géographique et de l’environnement  et bien sûr les inégalités de santé que la crise du Covid 19 a fait apparaître de façon criante en relation avec la réalité sociale du territoire.

Corps, émotions et sensibilités
Axe 2 thème A

 

Coordination : 

Stanis Perez, professeur agrégé-HDR en histoire moderne, chercheur associé à Pléiade (université Sorbonne Paris Nord) –
Gilles Raveneau, université Lumière Lyon 2 -  
Clémentine Vidal-Naquet
, université Picardie Jules Verne, laboratoire CHSSC (Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits) –  


Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les sciences sociales sont préoccupées par la rationalisation, la scientificisation, la standardisation intervenues dans l’administration et le soin des corps. Parallèlement, l’intérêt renouvelé pour les émotions en sciences sociales rappelle que les faits sociaux comportent une dimension émotionnelle, qui est historiquement située et socialement déterminée. Les chercheurs peuvent donc être amenés à observer les effets de cette situation sur les acteurs sociaux confrontés à un éventail d’« organicités négatives » - corps malades, précaires, réfugiés, souffrants, vieillissants, en fin de vie, morts – avec les différentes émotions qu’elles génèrent. La dimension anthropologique et historique de ces mécanismes, révélateurs de vulnérabilités et d’inégalités, mérite l’attention. La crise sanitaire que nous traversons soulignent l’importance de ces mécanismes.

Construction et diffusion des savoirs médicaux
axe 2 – thème B


Coordinatrice :  

Élisabeth Belmas, université Sorbonne Paris Nord – 


Les lignes de recherche constitutives du thème sont : l’histoire des savoirs médicaux et des disciplines correspondantes (biologie, chimie, sciences de l'ingénieur et médecine,  technologies numériques  appliquées à la santé), les enjeux des nouvelles techniques de dépistage des maladies, les transferts de savoirs et de savoir-faire entre pays.  Une attention particulière sera accordée aux projets portant sur la construction des savoirs médicaux sur la Covid-19 durant la pandémie ainsi que sur le rôle des medias dans la diffusion de ce savoir, deux phénomènes inédits dans l'histoire des épidémies.

Dire la santé mentale aujourd’hui
axe 2 – thème C


Coordinateur :

Samuel Lézé, ENS de Lyon –


Ce thème analyse la genèse et le développement contemporain des catégories pour « dire la santé mentale aujourd’hui ». Elles s’inscrivent à la fois dans des pratiques, des institutions et des politiques publiques ayant à traiter ce qui est communément appelé les « troubles du lien social ». Comment circulent-elles et sont-elles utilisées au coeur de la pratique clinique quotidienne, des neurosciences, des approches classiques de la folie et des valorisations contemporaines du bonheur ?

Le « social » saisi par les sciences cognitives et la génétique
Axe 2 thème D


Coordinateurs :

Pascal Ducournau, université de Franche-Conté –
Stanislas Morel, université Sorbonne Paris Nord -


Depuis la fin des années 1990, les sciences expérimentales de la nature humaine (sciences cognitives, génétique comportementale, psychologie de l’évolution, etc.) occupent une place de plus en plus centrale dans l’univers académiques et dans les débats publics. Les chercheurs en sciences sociales sont régulièrement invités à prendre en considération les apports de ces disciplines, qu’ils peuvent d’autant moins ignorer que les chercheurs en sciences du vivant multiplient les travaux portant sur des phénomènes « sociaux » ou « culturels » avec l’objectif de produire une science intégrée. Dans le contexte actuel où les incitations, voire les injonctions à l’interdisciplinarité entre sciences sociales et sciences du vivant sont particulièrement fortes, ce thème vise à mieux saisir les enjeux et les modalités de l’« ouverture » des sciences sociales vers les sciences du vivant et réciproquement. Il s'agira notamment de se questionner sur les possibilités pratiques d'un rapprochement entre les sciences sociales et les sciences expérimentales de la nature à travers des recherches se proposant d'intégrer les apports de l'ethnographie, de l'analyse statistique et des protocoles expérimentaux. Ces recherches pourraient être en capacité de faire émerger des connaissances interdisciplinaires qui ne sacrifieraient pas aux impératifs de chaque discipline.

Espace, environnement et santé
axe 2 thème E


Coordination :

Vincent Godard, professeur, université Paris 8 –
Benjamin Lysianiuk, CNRS, laboratoire de géographie PRODIG -
Zoé Vaillant, université Paris Nanterre -


Au-delà de l'analyse des transformations environnementales et de leurs impacts sur les évolutions spatiales et temporelles des maladies infectieuses, chroniques - bien documentées ou émergentes -, on s'ouvrira ici aux enjeux socio-spatiaux de l'ensemble des déterminants de santé : prévention primaire visant à transformer les milieux (alimentation, activité physique, urbanisme favorable à la santé, etc.), prévention secondaire (dépistages, vaccination, etc.) notamment la vaccination covid-19. Un intérêt particulier sera porté aux dynamiques d'interaction entre les individus et leur environnement, notamment dans le domaine du handicap.

Une approche interdisciplinaire du triangle « espace, environnement, santé » sollicite des disciplines des sciences humaines et sociales comme la géographie, la sociologie, l'histoire mais également d'autres champs comme les sciences du vivant, l'épidémiologie, voire l'informatique.

Santé et inégalités : territoires révélateurs
axe 2 thème F


Coordonnatrice :

Laure Pitti, université Paris 8 –


 

Depuis le début des années 2000, on constate un net accroissement, des inégalités de santé en France, inégalités que la crise du covid-19 est encore venue accentuer.

  • Quels sont les déterminants sociaux (position sociale, sexe, origine nationale, génération) qui les produisent ou entravent leur réduction ?
  • Quelles sont les traductions spatiales et les dynamiques territoriales de ces inégalités sociales ?

Conditions d’accès différenciées aux soins, impacts de la réduction des dépenses de santé et des formes de nouveau management public, pratiques des professionnels et professionnelles de santé et plus largement des acteurs de santé, effet des crises sur la prise de conscience de ces inégalités, initiatives visant à les corriger, à différentes échelles : autant de dimensions que ce thème entend étudier.

Print Friendly, PDF & Email