Axe 4 Penser la ville contemporaine

Axe 4 - Penser la ville contemporaine


Responsable : Claire Lévy-Vroelant, professeure, université Paris 8 -


L’étude de la ville contemporaine dans la mondialisation met à l’épreuve les disciplines instituées et leurs paradigmes, et bouscule la constitution des savoirs. La division du travail se mondialise, les mobilisations urbaines prennent des formes inédites, la circulation des hommes, des idées, des biens et des savoirs transforment les territoires. Aussi, les questions nouvelles ainsi produites invitent-elles à dépasser les clivages disciplinaires, à prendre en compte à la fois le global et le local, et à inventer des méthodologies adaptées à des questions dont la composante éthique n’est pas absente, et à des échelles spatiales et temporelles elles- mêmes en mouvement.

Avec le capitalisme financier force est de constater que la ville est plus que jamais le produit du marché sans pour autant être réductible au marché. La notion de commun pourrait-elle permettre de dépasser le clivage entre production marchande/production sociale de l’espace urbain y compris dans la dimension politique des études urbaines ? Quelle est la part de l’économie collaborative ou contributive dans la construction de ces communs ?

Un accent particulier sera mis sur les projets collaboratifs associant chercheurs et acteurs de terrain dans l’analyse et la maîtrise des situations contemporaines.

Thème A

Mémoire et territoires : représentations, narrations, patrimonialisations
Axe 4 thème A


Coordonnatrice :
Celine Barrere, ENSA Paris Val de Seine et CNRS - 


 

Dans un contexte global de mutations urbaines et d’accélération des temps sociaux, les modes de mise en mémoire permettent de comprendre les logiques de production, d’interprétation et de contestation des espaces habités.

En effet, l’articulation entre mémoire et territoire saisit les processus, les acteurs, les enjeux et les effets d’héritage. Mettant en perspective la durée, les modalités de transmission, les obstacles comme les ruptures des processus de mise en mémoire, la formation des mémoires collectives et individuelles interroge la fabrique des identités et des légitimités, met en perspective les valeurs promues ou déqualifiées.

La thématique se déploie selon quatre entrées complémentaires :

  • espaces, lieux, territoires,
  • acteurs, passeurs,
  • transfuges, évènements fondateurs,
  • empêchements, manipulations.
Thème B

Villes dans la mondialisation. Conflits et subjectivité
Axe 4 - thème B


Coordonnatrice :
Agnès Deboulet, ENSA Paris Val de Seine et UP 8 - 


 

Comment aborder l’urbain en tenant compte de la multiplicité des positions, des acteurs, et de la diversification des flux financiers, commerciaux, migratoires, informationnels ?

Échos des conflits de par le monde, manifestation des nouvelles voies des trafics et des échanges internationaux et interrégionaux, ces flux contribuent à refaçonner la gouvernance métropolitaine. Les villes métropolisées sont en effet le laboratoire privilégié des transformations des modes de gouvernement et de leurs contradictions : mise à distance des populations par la crise de la représentation, mais recherche de leur « participation » ; discrédit jeté sur les migrants, les pauvres, et les lieux qu’ils habitent (banlieues, favelas, bidonvilles) et gestion sécuritaire, voire militarisée, de la vie urbaine et de ses conflits.

Seront privilégiés les thèmes abordant les conflits urbains et les mobilisations visuelles, la dimension religieuse des nouvelles solidarités et mobilisations urbaines et l’irruption de la guerre dans l’espace et la société urbaine.

Thème C

Logement et habitat : crise et reconfiguration de la production et des usages
Axe 4 thème C


Coordonnateur :
Yankel Fijalkow, ENSA Paris Val de Seine et CNRS - 


 

Trois axes de réflexion permettant d’identifier les transformations et les permanences des parcs résidentiels et des modes d’habiter. La construction d’approches réellement comparatives est vivement encouragée.

  • Le premier axe s’intéressera à la notion de « crise du logement ». On pourra s’interroger sur les acteurs, les experts, les organisations, les textes, qui sont porteurs d’un diagnostic de « crise ».
  • Le second axe portera sur l’analyse des reconfigurations des politiques ayant prise sur le logement ou/et l’habiter en élargissant les perspectives temporelles et spatiales.
  • Le troisième axe appelle à interroger la transformation des normes d’usage du côté des habitants et des usages, qu’elles soient induites par le marché et la « crise », ou qu’elles soient produites par les reconfigurations de la production immobilière.

Les parcours résidentiels seront de préférence abordés sous l’angle, peu mobilisé dans ce domaine, des normes et des usages, mettant en question la rigidité ou la flexibilité relative de l’offre de logement.

Thème D

La ville durable : devenir et critique
Axe 4 thème D


Coordonnateurs :
Boris Lebeau, Maître de Conférences - UP 13 - 
Solange Montagne-Villette, professeure - UP 13 - 


 

Comment le développement durable affecte-t-il la ville contemporaine ? Cette question peut s’énoncer à travers trois volets.

  • Le premier s’intéresse aux relations ville/environnement et aux marges urbaines. Il intègre la question des risques naturels dans la planification, de la préservation de vastes réserves « naturelles » aux portes des villes, des jardins et de l’agriculture urbaine et de leurs nouvelles formes.
  • Le second s’interroge sur la place de l’industrie qui a été et demeure encore le grand moteur de l’urbanisation du monde. Les éco-activités et l’économie circulaire sont-elles des relais de croissance pour les villes occidentales. Leur intégration au sein de la ville est-il toujours aisé au regard, notamment, des nuisances ou du rejet et parfois même des peurs qu’elles suscitent auprès des populations ?
  • Enfin, on s’intéressera aux articulations possibles entre la durabilité et les communs, par exemple au prisme de l’économie collaborative, des logiques de production de l’espace urbain à l’heure du capitalisme financier ou des logiques de séparatisme social qui interrogent la notion de commun.
Print Friendly, PDF & Email