Maison de la sagesse

Maison de la sagesse – Traduire

À la suite de l’exposition Après Babel, Traduire (MUCEM, Marseille 2016-2017) a été créée en juin 2017 l’association « Maisons de la sagesse – Traduire », qui a une vocation internationale, et qui est rattachée en France à la MSH Paris Nord.

La traduction est l’un des grands enjeux culturels et sociétaux d’un monde globalisé. Le réseau des Maisons de la Sagesse a pour but d’établir une synergie entre la traduction comme objet de recherche fondamentale, des ateliers de traduction axés sur les problématiques de l’insertion des migrants et la collecte de leurs récits de vie (recherche-action), et l’invention d’espaces urbains de citoyenneté active, multilingue et multidisciplinaire.

Il s’agit d’une dynamique de partage, mais aussi de création entrepreneuriale, contribuant ainsi à l’attractivité du territoire, de ce qu’on ne cesse d’appeler le « vivre ensemble », où sont largement impliqués les acteurs culturels et sociaux à l’œuvre sur le terrain, où les enjeux de la recherche la plus exigeante rejoignent ceux de la société dans son ensemble. Nous faisons appel à toutes les modalités de transmission scientifique, culturelle et artistique, y compris les plus innovantes, pour renforcer la cohésion sociale et le dialogue intergénérationnel.

L’association pour la fondation Maisons de la sagesse – traduire, sous l’impulsion de Barbara Cassin et de Danièle Wozny, fédère les actions déjà engagées dans ce domaine à Marseille et à Aubervilliers. Un autre pôle est à l’étude dans l’agglomération de Lille.

Nous travaillons selon trois temporalités, liées aux urgences d’aujourd’hui :

  • Premier temps : un temps d’accueil. Nous élaborons le pilote d’un glossaire de la bureaucratie française, pour mesurer les écarts entre les mots-clefs, sésames de nos administrations, et les terminologies des pays d’origine.
  • Deuxième temps : un temps d’intégration et de valorisation. Il est centré autour de l’idée de “banque culturelle”. Ce musée changeant d’objets-récits, symboles d’un parcours de vie, est en même temps une banque, liée à une activité de micro crédit.
  • Troisième temps : un temps de recherche et de recul critique. Il est dédié aux “Intraduisibles des trois monothéismes”, en un travail de fond vital pour une Europe désarçonnée.
    à ce stade de développement du projet, qui a déjà de nombreux partenaires, un dialogue est engagé avec les acteurs de la recherche en SHS, les représentants des collectivités territoriales, les services de l’état, afin de dégager des perspectives communes.

Contacts

Barbara Cassin, philosophe et philologue, présidente de l’association MDS Traduire,

Danièle Wozny, experte en patrimoines culturels et développement, vice-présidente MDS Traduire

Information : Marie-Thérèse Cerf

 

Print Friendly, PDF & Email