Appel à articles, Revue Filigrane. Musique, esthétique, sciences société

La revue Filigrane ouvre un appel à articles sur “À l’écoute des lieux : le field recording comme pratique artistique et activisme écologique”

https://revues.mshparisnord.fr/filigrane/index.php?identifier=appel-a-contribution

La présence inédite du son dans nos sociétés demande une réflexion approfondie, orientée vers l’élaboration d’une conscience et d’une éthique du son ; simultanément, elle en appelle à de nouvelles pratiques artistiques en musique et dans les arts sonores. Parmi les usages du son les plus intéressants à interroger aujourd’hui, à la fois du point de vue de l’éthique et de celui de l’esthétique, se trouve le field recording.

Le field recording correspond à un ensemble de pratiques de prise de son visant l’enregistrement du réel. Consubstantiel à l’apparition du microphone et au développement des technologies du son, cette pratique couvre le vaste domaine allant de la sphère du quotidien jusqu’aux œuvres proprement artistiques. Notamment, de par sa dimension documentaire, la production du field recording flirte avec un ensemble de préoccupations scientifiques et documentaires (nous pensons en particulier à la relation qu’il entretient avec l’anthropologie de la musique). Notre perspective souhaite inclure les propositions où convergent les enjeux de la science, de l’art et du documentaire.

Parfois discrédité du fait de ses usages commerciaux (easy listening, tourisme pour l’oreille, etc.), il peut néanmoins tout à fait s’insérer dans des démarches critiques et écologiques. Autrement dit, bien que le field recording ne soit pas intrinsèquement lié à une pensée écologique (dans ses expressions qui se focalisent uniquement sur la récolte d’objets sonores isolés, par exemple), sa convergence avec elle nous semble particulièrement pertinente et productive : il suffit de voir la diversité, la profondeur et la finesse des propositions artistiques qui vont dans ce sens (Hildegard Westerkamp, Chris Watson, Francisco López, Marja Ahti, David Monacchi, Félix Blume, Jez Riley French, Graciela Muñoz, Valentina Villaroël, Barry Truax, Jana Winderen, Proyecto Argentina Suena, Proyecto Sonidos de Rosario, entre autres).

L’enjeu général est de proposer une pensée du field recording qui se centre sur la réalisation et le partage d’expériences intenses et singulières du monde. Nous attendons des contributions qu’elles se centrent sur l’étude des potentialités éthiques, politiques et écologiques des pratiques artistiques du field recording, en lien avec les thématiques de l’expérience, du lieu, et des technologies du son. Au sein de cette perspective, de manière orientative et non pas limitative, nous proposons les axes suivants :

  • Statut du field recording : l’une des richesses du field recording est sa transversalité, mais elle est aussi son point obscure. Démêler la part artistique de la part extra-artistique de chacune de ses productions, et la manière dont elle se combinent, nous permettra de penser le rapport de l’art à son dehors.
  • Artivisme : le field recording peut s’insérer dans le champs des pratiques « artivistes », notamment lorsqu’il prend part à un activisme écologique. À travers cet axe, nous proposons d’envisager l’écoute comme un moyen stratégique pour reconfigurer nos rapports à nous-mêmes, aux autres, aux lieux, au monde.
  • Dimension critique : la multiplication des productions se réclamant du field recording nous conduit à interroger les conceptions de l’art et du monde portées par leurs contenus et leurs démarches, en dénonçant ses usages opportunistes, visant au fond le profit (usages commerciaux, carriéristes, instrumentaux, etc., du son).

Cet appel de la revue Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société, comprenant des articles en français ou en anglais, se fera conjointement avec un appel pour un livre collectif en espagnol dans le cadre d’un projet de recherche INNOVART porté par des chercheur.ses de l’Université Paris 8 (France) et des Universidad del Nordeste et Universidad Nacional del Litoral (Argentine).

Pour la revue Filigrane, les propositions d’articles devront comprendre un résumé (6000 caractères max.) et une courte bio-biblio, en français ou en anglais, à envoyer avant le 1er décembre 2020 à , et .
Si leur proposition est acceptée, les auteur.trices s’engagent à envoyer l’article avant le 1er mai 2021, article qui sera soumis au comité scientifique de la revue.

Responsables du numéro de la revue Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société : Antoine Freychet, Alejandro Reyna, Makis Solomos.

Print Friendly, PDF & Email